Ceferin se positionne en faveur d’un « Final 4 »



Président de l’UEFA, Aleksandr Ceferin a accordé à L’Équipe une interview dans laquelle il se positionne en faveur d’un « Final 4 » pour disputer les dernières rencontres d’une saison de Ligue des champions. Le dirigeant slovène envisage une application de ce format à partir de 2024.

Un mois après la crise traversée par l’UEFA en raison de l’émergence d’une Super League rapidement tuée dans l’œuf, Aleksandr Ceferin est sorti renforcé de cette séquence très éprouvante. Le président de l’instance qui dirige le football européen est parvenu à reprendre le contrôle en ramenant dans le giron de l’UEFA les douze clubs sécessionnistes.

Fort de cette issue positive, Ceferin se voit bien profiter de cet élan pour pousser de nouveaux projets. Dans une interview accordée à L’Équipe, le Slovène parle ainsi de la possibilité de voir émerger un « final 4 » pour disputer les derniers matchs de la Ligue des champions. Une évolution déjà évoquée ces derniers jours.

L’été dernier, l’édition 2020 de la C1 s’était terminée sur un « final 8 », organisé à Lisbonne à partir des quarts de finale en raison du retard pris sur le calendrier avec la pandémie de coronavirus. Le format de matchs secs dans un seul et même stade avait plu, à tel point que l’idée de le pérenniser, à partir des demi-finales, a manifestement fait son petit bout de chemin.

Appliquer ce « final 4 » à partir de 2024

« Personnellement, j’aimerais que cela se fasse. Je suis en faveur d’un « final 4″ en Ligue des champions. Cela pourrait être formidable. Et efficace en termes de revenus si c’est bien fait », indique Ceferin à L’Équipe. Le dirigeant slovène a confirmé que le projet était dans les cartons de l’UEFA: « Nous en discutons, mais ce n’est pas décidé. (…) Il n’y a pas d’urgence. On peut décider cela dans un an. »

Car l’idée serait d’appliquer ce nouveau format à partir de 2024, date à laquelle la réforme de la C1, très fortement décriée, s’appliquera. « Nous avons aimé le « final 8 » l’année dernière au Portugal. Mais un « final 8 », c’est sur deux semaines et c’est trop. Pour un « final 4″, après 2024, il y a des avantages et des inconvénients », estime Ceferin.

« Il faut que chacun donne son point de vue »

Côté avantages, « cela peut être un événement fantastique avec une semaine consacrée au football agrémentée d’autres événements comme des concerts. » Lisbonne n’avait pas pu profiter des « à-côtés » lors du « final 8 » de la saison dernière en raison de la pandémie. Mais une ville organisatrice verrait d’un bon œil l’accueil d’un tel événement qui rassemblerait des milliers de supporters.

Côté inconvénient, Ceferin évoque le fait de « perdre des matchs, notamment à domicile, pour les clubs. Les télévisions auraient également moins de rencontres. Il y a des questions financières et de marketing à gérer. » Déjà en berne depuis plus d’un an en raison des huis clos, les recettes de billetterie des clubs habitués à participer au dernier carré de la C1 en prendraient un coup. Un match à domicile organisé par un club rapporte plusieurs millions d’euros dans un stade à guichets fermés.

Reste donc à peser le pour et le contre. Et si le président de l’UEFA lui-même s’est positionné en faveur d’un tel format, rien ne dit que l’organisation l’adoptera. « Il faut que chacun donne son point de vue », affirme Ceferin à L’Équipe. Mais comme l’indique le Slovène, la priorité n’est pas là. Les procédures à l’encontre de certains des clubs à l’origine du projet de Super League semble être aujourd’hui l’objectif numéro un.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *