la banque JP Morgan admet avoir « clairement mal-évalué » le projet



Dans un communiqué publié ce vendredi, la banque américaine JP Morgan reconnaît avoir « clairement mal-évalué » le projet de Super League. Elle devait investir entre 4 et 6 milliards pour cette nouvelle compétition, qui a rapidement tourné au fiasco.

La banque américaine JPMorgan a reconnu vendredi avoir « clairement mal évalué » le projet de Super League européenne de football qu’elle voulait financer mais qui a tourné très vite au fiasco. JP Morgan promettait un investissement à hauteur de 4 milliards d’euros pour cette nouvelle compétition.

Lancé ce dimanche soir par 12 clubs européens, ce projet de Super League n’a duré que 48 heures, avec le retrait dès mardi soir des six clubs anglais impliqués. L’Atlético de Madrid, l’AC Milan et l’Inter Milan se sont retirés eux le mercredi. Si la Juventus et le Real Madrid ont regretté l’échec, ils ont assumé aussi leur idée, l’estimant viable et nécessaire pour le football européen.

« Nous en tirerons les leçons »

« Nous avons clairement mal évalué comment cette opération serait perçue par le monde du football au sens large et l’impact qu’il aurait à l’avenir. Nous en tirerons les leçons », a déclaré un porte-parole de JPMorgan, dans un communiqué publié ce vendredi par la banque américaine.

La banque ne précise pas explicitement si elle coupe les ponts avec la Super League. JPMorgan avait publiquement annoncé qu’elle finançait la compétition, la Super League ayant notamment prévu un versement initial de 3,5 milliards d’euros à se partager entre les douze clubs fondateurs. Une source proche du dossier a indiqué à l’AFP que le prêt envisagé s’accompagne de beaucoup de conditions que la Super Ligue ne semble désormais pas en mesure de respecter.

Cet échec sportif a aussi eu des conséquences pour la réputation de la banque. Standard Ethics, une agence de notation extra-financière internationale, a annoncé dégrader la note de JP Morgan dans la foulée du retentissant échec de ce projet de Super League.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *