« On n’est pas dans Koh-Lanta », Adli défend le vestiaire



Alors que Bordeaux est englué dans une série de mauvais résultats, Yacine Adli a poussé un petit coup de gueule, ce jeudi devant la presse. Le milieu de terrain des Girondins affirme que beaucoup de fausses rumeurs circulent sur l’ambiance dans le vestiaire. L’entraîneur Jean-Louis Gasset demande lui à travailler « dans le respect ».

Une seule victoire en treize matchs. C’est peu dire que Bordeaux est dans le dur ces dernières semaines. Les Girondins, qui restent sur une claque à domicile contre Monaco (0-3), enchaînent les déconvenues à un rythme inquiétant. Résultat, le club au scapulaire se retrouve 16e de Ligue 1, avec 5 points d’avance sur Nîmes (18e), qui occupe la place de barragiste. Le tout avec un vestiaire décrit comme divisé. Un constat qui agace Yacine Adli. Le milieu de terrain de 20 ans a profité de son passage devant la presse, ce jeudi, pour tordre le cou à certaines rumeurs.

« On croirait que c’était Bagad »

« On a entendu tout ce qu’il s’est dit. Ça n’a pas non plus été l’anarchie comme on peut en parler. Selon certains, on croirait que c’était Bagdad notre vestiaire! Il n’y a pas de clan, on n’est pas dans Koh-Lanta. Il faut arrêter de croire tout ce qu’il se dit et que dans le vestiaire c’était la guerre, dénonce l’ancien joueur du PSG. C’est vrai que certains n’avaient pas de rapports joviaux, dans le sens où ils n’allaient pas aller en vacances ensemble. Mais il y a toujours eu du respect entre les joueurs. »

« Il n’y a jamais eu de débordement, assure-t-il. Le seul épisode, c’est celui de Laurent (Koscielny) contre Marseille. Mais c’était vraiment un truc où le capitaine prend la parole. Il n’y avait rien, pas d’animosité. Quand on perd, on peut tout reprocher. On peut dire que ça ne va pas, que l’intendant a mal plié l’habit, que les pâtes du cuisinier ne sont pas bonnes… Il y a pleins de trucs à dire quand on perd. Si on avait gagné, on dirait qu’on fait notre job. »

« La priorité, c’est de maintenir le club »

Adli espère désormais que l’attention va se recentrer sur le terrain, à l’heure où les Girondins, qui se déplaceront dimanche à Lorient (15h), n’ont pas assuré leur place dans l’élite: « On va continuer à parler de ça jusqu’à la fin de la saison? C’est fini, ça n’existe même plus. Tout le monde s’est remis dans le truc. Chacun est dans l’état d’esprit d’aller chercher des points et de maintenir le club, parce que c’est la priorité. Pour rendre un minimum fiers nos supporters, qui vivent une période compliquée, les gens qui travaillent pour le club, ceux qui mettent tout en œuvre pour faire vivre ce club immense. »

Dans la foulée, Jean-Louis Gasset a confirmé qu’il serait à la tête de l’équipe jusqu’à la fin du championnat. En réclamant plus de considération. « Je finis cette saison, a lâché le coach de 67 ans. Aujourd’hui, l’objectif est clair. Laissez-nous finir notre travail. Essayons de travailler dans le respect. Il faut respecter les gens. Quand les gens sont affaiblis par une mauvaise série, il ne faut pas oublier qui ils sont et ce qu’ils ont fait dans le football. Je demande un peu de respect, c’est tout ce que je demande ».

Alex Jaquin avec Nicolas Paolorsi à Bordeaux



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *