Comment l’UEFA organise la contre-attaque



Depuis le coup de tonnerre de l’annonce de la création de la Super League dimanche, l’UEFA manoeuvre pour torpiller le projet de sécession.

Depuis dimanche et les premières rumeurs sur l’annonce imminente de 12 clubs souhaitant créer une Super Ligue Européenne, l’UEFA s’est mis en ordre de marche pour contrer ce projet le plus rapidement possible. Au-delà des mots très durs de son président Aleksander Čeferin, l’association s’est activée en coulisses pour essayer de faire vaciller cette Super Ligue. Avec un but précis : ramener de son côté certains des 12 clubs européens dissidents. RMC Sport peut confirmer les informations venant du Times et du Guardian indiquant que l’UEFA était en discussions avec plusieurs clubs à ce sujet. L’instance européenne utilise les arguments de la fronde populaire des supporters mais aussi des joueurs, entraîneurs et fédérations pour tenter de ramener les clubs à la raison.

Le message de Ceferin ce mardi matin lors du congrès de l’UEFA visait clairement les clubs actuellement lancés dans une réflexion pour savoir s’ils doivent continuer dans ce chemin.

« Messieurs, vous avez fait une énorme erreur. Certains diront que c’est de la cupidité, d’autres de l’arrogance, de l’ignorance de la culture du football anglais. Mais peu importe. Il est encore temps de changer d’avis. Tout le monde fait des erreurs. »

C’est aujourd’hui l’espoir le plus profond de l’UEFA pour espérer faire tomber ce projet : « Si l’UEFA arrive à convaincre un ou deux clubs de quitter la Super Ligue et de revenir avec le Bayern et le PSG, ce sera un succès énorme, confie un proche de l’instance européenne. Et je peux vous dire que certains clubs y réfléchissent très sérieusement. Un club anglais en particulier…  » Ce mardi soir, la BBC annonce que Chelsea serait sur le poitn de quitter le navire Super League, et le Guardian assure que Manchester City a aussi des doutes.

Enfin, comme annoncé par Le Parisien, l’Elysée réfléchit à aller plus loin pour aider l’UEFA : changer les réglementations européennes sur la liberté d’entreprendre dans le domaine sportif. Ce qui empêcherait, de fait, toutes possibilités pour les clubs de créer une société privée dans le domaine. Le gouvernement français étudie déjà toutes les solutions possibles en concertation avec l’UEFA et plusieurs gouvernements.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *