Le carnet de bord de Jeff Reine-Adélaïde

Blessé au genou pour la deuxième fois en deux ans, Jeff Reine-Adélaïde a choisi RMC Sport pour l’accompagner durant sa période de rééducation. Le milieu de terrain niçois et capitaine de l’équipe de France Espoirs partage les coulisses de sa guérison à travers ce carnet de bord.

Chers lecteurs,

Il y a un mois, je vous avais parlé de l’acceptation liée à cette deuxième blessure au genou. J’ai beaucoup avancé à ce niveau-là, et je suis passé à un autre stade important de ma rééducation: la reconstruction. Depuis trois semaines, et pour encore une semaine, je suis à Clairefontaine pour profiter des installations et du centre médical. J’y suis du lundi au vendredi et je reviens voir mes proches le week-end. Et je vais beaucoup mieux, je marche normalement, je fais du vélo également…

Un cadre différent à Clairefontaine

C’est Julien Chaillet, le kiné de l’équipe de France Espoirs qui m’a proposé de venir faire une partie de ma rééducation à Clairefontaine. J’ai accepté, car cela me permet de travailler dans un cadre différent de Nice. Je suis très bien entouré dans le sud, où les dirigeants, le staff médical, le coach (Adrian Ursea), Didier Digard (adjoint), et mes coéquipiers prennent tout le temps de mes nouvelles, mais mes séances étaient souvent en différé par rapport à celles du groupe et surtout, les gars sont en pleine compétition.

Ça crée encore de la frustration chez moi de ne pas pouvoir être avec eux et les aider. Plus que ma reconstruction physique, Clairefontaine m’aide aussi dans ma reconstruction mentale. J’y ai trouvé un cadre où je vois d’autres joueurs bénis avec qui je discute beaucoup.

L’importance de l’aspect mental

Cet aspect mental est aussi important que le physique dans le processus de reconstruction qui suit une grave blessure. On est presque plus affaibli mentalement que physiquement. Personnellement, je n’arrivais plus à rien, je me sentais au fond mentalement… j’étais dévasté. C’est pour cette raison que j’ai accepté d’être aidé par un préparateur mental. Pour la petite histoire, on avait commencé à travailler ensemble un mois seulement avant ma blessure, sur les conseils de mon frère.

Il m’a beaucoup servi quand j’étais à l’hôpital. C’est une période, juste après ma blessure, où je n’arrivais pas à dormir la nuit. J’étais confronté à moi-même, je me réveillais en pensant à cette blessure. Et le préparateur m’a aidé à reprendre confiance en moi, à connaître mon corps, à m’ouvrir aussi aux autres. Je pense que j’ai fait 50% du travail à ce niveau-là. Mais ce qui est sûr, c’est que je ne veux plus négliger cet aspect mental.

Une journée avec les Restos du Cœur

Je ne l’avais pas fait lors de ma première blessure à Lyon, et je vais continuer au-delà même de mon retour à la compétition. Ma reconstruction passe aussi par ce que je fais en dehors du football. Le préparateur mental m’a demandé de me fixer des « objectifs de vie », et parmi eux, il y a le besoin de faire le bien autour de soi. Avant de venir à Clairefontaine, j’ai souhaité passer une journée avec les Restos du Cœur à Nice dont l’OGC Nice et le Fonds de dotation du club sont partenaires. J’ai fait les paniers repas avant de les distribuer aux gens. Ce sont des moments qui permettent de relativiser et qui font du bien. On est confronté à d’autres histoires que la sienne.

J’ai discuté avec un monsieur qui est au chômage, qui venait juste de perdre son emploi et qui venait de faire du bénévolat parce qu’il ne voulait pas rester à rien faire chez lui. Voir tous ces sourires sur les visages des enfants et des familles, ça fait vraiment du bien. La prochaine étape de cette reconstruction, c’est d’avancer physiquement. J’ai des objectifs, mais je ne veux pas trop me prendre la tête. Et je ne veux pas trop en dévoiler. Le plus important pour moi actuellement, c’est essayer d’être heureux. Et pour ça, j’ai besoin d’aider les gens en ce moment. J’ai beaucoup de projets en cours à ce niveau-là et j’espère vous en très parler vite.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *