Reus salue la supériorité de Manchester City et son « jeu sensationnel »


Dortmund a été éliminé en quarts de finale de la Ligue des champions par Manchester City, mercredi au Signal Iduna Park. Après avoir perdu en Angleterre à l’aller (2-1), les partenaires de Marco Reus se sont inclinés sur le même score dans leur jardin. Pas de quoi donner de trop gros regrets au capitaine du Borussia, qui reconnaît la supériorité des joueurs de Pep Guardiola, futurs adversaires du PSG.

Deux matchs, deux scénarios différents mais deux issues communes. Après avoir battu Dortmund la semaine passée à l’Etihad Stadium, Manchester City l’a à nouveau emporté mercredi au Signal Iduna Park, en quart de finale retour de la Ligue des champions. Sur le même score (2-1), avec le même buteur décisif (Phil Foden). De quoi qualifier les joueurs de Pep Guardiola en demi-finales pour la deuxième fois de leur histoire (après 2016).

Ils y retrouveront le PSG de Neymar et Kylian Mbappé, qui a fait chuter le grand Bayern Munich au terme d’une double confrontation épique. L’aller se jouera le 28 avril au Parc des Princes, avant un retour le 4 mai à l’Etihad (deux chocs à suivre sur RMC Sport 1). Pour le Borussia d’Erling Haaland, en revanche, l’aventure s’arrête là. Mais pas de quoi accabler son capitaine, Marco Reus, qui a reconnu la supériorité de son adversaire après la rencontre.

« Ils étaient simplement meilleurs »

« Les jambes sont lourdes, mais c’était à prévoir, il nous fallait courir beaucoup pour fermer les espaces, a expliqué l’international allemand sur Sky Sports. Jusqu’au penalty contre nous (l’égalisation à 1-1 de Riyad Mahrez, ndlr), nous avons très bien joué. Nous sommes restés calmes, nous nous sommes créé des occasions. Ensuite, c’était moins bien. Manchester City a un jeu de position sensationnel. C’est très difficile de les presser, ils sont partout en position de supériorité numérique. Ils étaient simplement meilleurs, ils ont joué plus intelligemment. On n’a peut-être pas pris assez de risques offensifs, mais nous sommes déçus, parce qu’il y avait mieux à faire ».



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *