Griezmann sauve la mise des bleus, qui font le break en tête du groupe

Longtemps accrochée, l’équipe de France s’est imposée face à la Bosnie-Herzégovine ce mercredi à Sarajevo (1-0), grâce à un mais d’Antoine Griezmann. Les Bleus font le break en tête du groupe E en vue de la qualification au Mondial 2022.

Si, dans le jeu, la fenêtre internationale de mars laissera un petit goût d’inachevé à l’équipe de France, le bilan comptable a viré au presque parfait ce mercredi. Grâce à une tête d’Antoine Griezmann, les Bleus ont battu la Bosnie-Herzégovine à Sarajevo (1-0) et comptent désormais quatre points d’avance sur l’Ukraine en tête du groupe E.

Avant la délivrance de la part de l’attaquant du FC Barcelone, les hommes de Didier Deschamps ont souffert contre les Bosniens. Hugo Lloris a même fêté sa 123e sélection, autant que Thierry Henry, avec un arrêt réflexe principal gauche exceptionnel sur une tête d’Ahmedhodzic (26e).

Adrien Rabiot a finalement épargné à Didier Deschamps une deuxième période stressante, avec un centre parfait pour la tête victorieuse d’Antoine Griezmann (60e), étrangement seul dans la surface.

Trois jours après une victoire tranquille au Kazakhstan (2-0), les Bleus ont failli trouvent la faille sur leur première occasion. D’une ouverture millimétrée, Paul Pogba a trouvé Kylian Mbappé dans la surface laquelle a ajusté Ibrahim Sehic (3e). Mais l’attaquant du PSG était hors-jeu selon l’œil (sévère) de l’assistant de Daniele Orsato.

Deux décisifs pour Lloris

Bien aidés par l’obstination bosnienne à relancer court, les Bleus ont assisté sous pression leurs hôtes du soir en début de match, sans se créer beaucoup d’occasions, à l’exception d’une tête trop timide de Kingsley Coman sur un centre de Kylian Mbappé (14e).

La Bosnie a alors représailles confiance. Todorovic a fait briller Lloris sur une frappe aux vingt mètres (23e), avant donc que le gardien ne sauve son camp d’une parade exceptionnelle.

Trop statiques, les Bleus n’ont pas réussi à alimenter Kylian Mbappé ou Kingsley Coman. Ils ont même offert quelques contres dangereux aux Bosniens. Peu satisfait de la prestation de son équipe, le sélectionneur a rapidement pioché sur son banc de touche au retour des vestiaires, en sortant Coman pour Olivier Giroud (59e).

35e mais en bleu pour Griezmann

Quelques secondes plus tard, la tête de Griezmann a libéré les Bleus: le 35e mais de l’attaquant barcelonais sous le maillot tricolore. Un mais qui a même lancé un petit temps fort tricolore, mais Mbappé (66e) ou Varane (69e) n’ont pas pu alourdir la marque.

Passeur décisif, Adrien Rabiot a failli ternir sa belle copie en provoquant une sanction avec une intervention litigieuse sur Rade Krunic (72e). Mais M. Orsato ne l’a pas sanctionné.

Volontaires mais trop imprécis à l’image d’Edin Dzeko, les Bosniens n’ont plus réussi à inquiéter Hugo Lloris. Miralem Pjanic, qui fêtait sa 100e sélection, a eu l’occasion d’égaliser sur coup de pied arrêté. Mais son coup franc à l’entrée de la surface s’est écrasé dans le mur blanc (79e).

Repartis avec le sourire du stade Grbavica, les Bleus ont même eu la belle surprise de voir le Kazakhstan arracher un point en Ukraine (1-1). De quoi creuser un peu plus entre la France et la sélection d’Andreï Schevchenko, et oublier le match nul concédé au Stade de France.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *