Bale envisage un boycott des réseaux sociaux pour lutter contre la haine en ligne



Gareth Bale a indiqué qu’il encouragerait un boycott des réseaux sociaux si des mesures supplémentaires ne sont pas envisagées par les plateformes (Twitter, Instagram, Facebook…) pour lutter contre le harcèlement en ligne.

L’attaquant vedette du pays de Galles Gareth Bale s’est dit prêt ce lundi à se joindre à un mouvement de boycott des réseaux sociaux pour lutter contre les abus racistes et le harcèlement en ligne dans le sillage de la décision prise vendredi par Thierry Henry de désactiver ses comptes.

Deux des coéquipiers de Bale au pays de Galles, Ben Cabango et Rabbi Matondo, ont été victimes d’insultes racistes sur Instagram après la victoire 1-0 contre le Mexique samedi en amical à Cardiff.

« Si tout le monde le faisait en même temps, pas seulement une ou deux personnes, je le ferais », a déclaré l’attaquant de 31 ans, lors d’un point-presse de veille de match contre la République chèque pour les éliminatoires du Mondial 2022. L’attaquant en prêt à Tottenham a déclaré que seul un boycott de masse aurait un impact.

« S’il s’agissait d’une campagne où de nombreuses personnes influentes du sport et d’autres secteurs d’activités pour faire une déclaration, je pense que cela pourrait aider », a-t-il précisé, ajoutant: « Si c’était le cas, je suis tout à fait partant. »

Twitter prêt à coopérer, jusqu’à un certain point

Matondo a critiqué Instagram pour ne pas avoir réagi assez rapidement, affirmant que s’il avait publié des images du match, la plateforme les auraient supprimées pour des questions de droits d’auteur.

Dans un message envoyé vendredi sur Twitter, Facebook et Instagram à ses 14,8 millions de suiveurs, l’ex-attaquant d’Arsenal et des Bleus Thierry Henry avait annoncé se mettre en retrait jusqu’à ce que les plateformes en fassent davantage pour lutter contre le racisme et le harcèlement « toxiques ».

Instagram a pris des mesures concernant 6,6 millions d’éléments de discours de haine entre octobre et décembre de l’année dernière. Twitter a déclaré qu’il coopérerait avec les autorités pour effacer les injures racistes et les messages haineux, mais n’irait pas jusqu’à interdire les comptes anonymes.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *